Chapitre : 271 suppressions de postes et des fermetures de librairies

Actissia, la maison-mère des librairies Chapitre, a annoncé lors d’un comité d’entreprise extraordinaire son intention de procéder à un plan de réorganisation qui implique 271 suppressions de postes et la fermeture ou la mise en vente d’un douzaine de librairies en province.

Après Virgin, c’est au tour d’une autre grande marque de biens culturels d’être touchée par les suppressions d’emplois. Actissia, numéro 2 de la distribution du livre en France, qui contrôle un réseau de 57 librairies sous l’enseigne « Chapitre », a décidé d’une vaste restructuration. A la clé, la fermeture ou la cession de 12 librairies Chapitre et  271 suppressions de postes sur les 1200 que compte le réseau : 73 via un plan de départ volontaire et 198 licenciements contraints.

Fermetures ou cessions de librairies

Cette réorganisation, baptisée « plan d’action » par la direction du groupe Actissia, prévoit la fermeture de 9 magasins sur tout le territoire (Lyon, Nancy Saint-Sébastien, Narbonne, Grenoble, Calais, Cannes, Boulogne-sur-Mer, Evreux, Dax) ainsi que 3 cessions de droit au bail (Belfort, Colmar et Toulouse).

Par ailleurs, les autres magasins devront diversifier leurs activités. Le public pourrait donc bien trouver prochainement des crèmes de beauté et compléments alimentaires à côté de la presse, des livres, CD et DVD.

La direction motive sa décision en évoquant la nécessité de faire face à « la situation critique » dans laquelle se trouve l’entreprise qui doit « faire l’objet d’un redressement rapide pour éviter de mettre en péril l’ensemble du réseau et de ses près de 1200 collaborateurs ».

Manifestation devant le siège

Dès l’annonce du plan social, les salariés de Chapitre se sont mobilisés. Lundi dernier, ils ont  manifesté leur colère devant le siège d’Actissia à Paris, profitant d’une visite de leur unique actionnaire, le fonds d’investissement américain Najafi Companies.

Dans le même temps, le syndicat majoritaire chez Chapitre, la CGT, a déploré « la destruction de nos métiers et la disparition des magasins du paysage culturel français », estimant que le fonds de pension américain, Najafi Companies, a racheté les librairies en 2011 « afin de faire main basse sur le e-commerce via Chapitre.com et le club France Loisirs ».

Les salariés reçus au ministère de la Culture

Les élus du comité d’entreprise ont également été reçus au ministère de la Culture et ont fait part de leurs inquiétudes.

Dans un communiqué, la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filipetti, a exprimé « sa préoccupation sur la situation du réseau » et affirmé qu’elle fait « de la situation des librairies, fragilisées du fait de plusieurs facteurs structurels, l’une des priorités de son action », soulignant sa « grande préoccupation quant à cette situation, les conséquences pour les salariés et la diffusion culturelle ».

La ministre a précisé que « les services de l’état en région seront mobilisés pour organiser dès à présent, en coordination avec les collectivités locales, des cellules opérationnelles chargées d’identifier des investisseurs locaux ou potentiels repreneurs ou de faire émerger des projets de réouverture de librairies dans les villes pour lesquelles la fermeture d’une librairie Chapitre posera de problèmes d’accès à l’offre culturelle ».

Actissia, numéro 2 de la distribution du livre en France, est un groupe de distribution multicanal spécialisé dans la culture, les loisirs, les services, avec notamment les marques France Loisirs, Le Grand Livre du mois ou Chapitre.com. Présidé par Jörg Hagen, le groupe compte 4500 collaborateurs.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou un trackback depuis votre site Internet.

Laisser un commentaire

*