IBM : plus de 1200 suppressions de postes envisagées

Le géant américain de l’informatique IBM s’apprêterait à supprimer plus de 1200 postes en France. Une annonce dévoilée par les syndicats de la filiale française au terme du dernier comité central d’entreprise.

C’est à l’issue d’un comité central d’entreprise que les syndicats d’IBM ont annoncé qu’ils venaient d’avoir confirmation par la direction que le groupe envisageait de supprimer plus de 1200 postes dans l’hexagone d’ici 2014, sur les 9730 salariés que compte l’entreprise en France.

Dans un communiqué, les syndicats CFDT, CFE-CGC et UNSA d’IBM, ont dénoncé « des suppressions de postes chez IBM sans justification économique », précisant qu’ils ne pouvaient « accepter ces réductions incessantes d’effectifs alors qu’IBM Corp a la volonté affirmée d’augmenter de manière significative la distribution de dividendes aux actionnaires ».

Pour les syndicats, IMB doit « revoir sa copie »

Alors que la direction souligne ne pas avoir encore chiffré les suppressions d’emplois, et affirme dans un communiqué ne pas avoir pris de décision quant à un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), les syndicats « exigent de la compagnie qu’elle revoit sa copie sur ses objectifs de réduction d’emplois », et qu’elle « clarifie très vite les mesures qu’elle compte prendre pour qu’il n’y ait aucun licenciement en France ».

L’intersyndicale pointe du doigt un plan de suppressions de postes qui n’aurait, selon elle, comme seul objectif que de « servir à garantir aux actionnaires le passage de 11 $ à 20 $ par action », et ne cache pas son inquiétude également pour le personnel restant : « Envisager de fonctionner en France avec autant d’emplois en moins ne peut qu’augmenter le stress et la souffrance au travail, déjà élevés par le fait de la politique continue de réductions d’effectifs depuis plusieurs années ».

Vous pouvez laisser un commentaire, ou un trackback depuis votre site Internet.

Laisser un commentaire

*