Plan social : Michelin pourrait supprimer 700 postes

Le groupe Michelin se préparerait à supprimer 700 postes sur son site de Joué-lès-Tours en Indre-et-Loire. Le plan de sauvegarde de l’emploi sera dévoilé mercredi 12 juin prochain aux représentants du personnel.

Face notamment à la baisse de production dans son activité de pneus pour poids lourds, Michelin aurait pris la décision de procéder à une vaste restructuration qui impliquerait un plan de sauvegarde de l’emploi et la suppression de quelque 700 postes dans son usine de Joué-lès-Tours qui compte 930 salariés.

Cette information, révélée par le site Les Echos.fr et les syndicats de l’entreprise, a fait l’effet d’un coup de massue pour les salariés du groupe qui attendent maintenant d’en savoir plus sur les conditions de ce Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Pour l’heure, la direction de Michelin n’a pas souhaité faire de commentaires et les détails de ce PSE seront connus lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire qui se tiendra mercredi au siège du groupe, à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme.

Un investissement de 500 millions d’euros

Selon les premières informations qui filtrent via les médias ou les syndicats, Michelin aurait l’intention d’éviter les licenciements secs. Deux cents salariés pourraient bénéficier d’un plan de retraite anticipée, tandis que 500 autres seraient redéployés sur d’autres sites,  notamment à La Roche-sur-Yon, en Vendée. Dès ce matin, les ouvriers interrogés faisaient part de leur inquiétude d’être reclassés à 250 km de chez eux.

Le site de production de Joué-lès-Tours, dont l’activité de fabrication de pneus sera stoppée, ne devrait pourtant pas fermer puisqu’environ 200 salariés pourraient continuer à y exercer des activités annexes.

Parallèlement, le groupe devrait annoncer un investissement de 500 millions d’euros, centré sur la recherche et développement et la production, dont devrait bénéficier le site de La Roche-sur-Yon.

Inquiétude… et amertume

La direction de Michelin n’a pas souhaité faire de commentaires, mais l’équipementier avait déjà posé quelques jalons en annonçant fin 2012 que son activité poids lourds était sur-capacitaire de 50% en France, puis plus tard que des mesures de restructuration pourraient être prises si la situation ne s’améliorait pas.

Les salariés attendent donc l’annonce du PSE avec angoisse… et amertume, car le groupe Michelin a annoncé une hausse de ses bénéfices pour 2012. Le résultat opérationnel de Michelin a fait un bond de 25% l’année dernière pour atteindre 2,4 milliards d’euros.

Il s’agira du second plan social pour l’usine tourangelle dont 340 postes avaient déjà été supprimés en 2009.

Fabricant français de pneumatique, Michelin est l’un des leaders mondiaux dans son domaine puisque ses ventes le placent en deuxième position, derrière Bridgestone et devant Goodyear.

La multinationale au Bibendum est implantée industriellement dans 18 pays et possède une présence commerciale dans plus de 170 pays.

Fin 2012, le groupe Michelin employait 113 400 salariés dans le monde dont plus de 20 000 en France.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou un trackback depuis votre site Internet.

Laisser un commentaire

*