Plans sociaux : 2013, année noire en France et dans le monde

De nombreux plans sociaux ont été décidés en 2012 qui vont se concrétiser cette année, entraînant dans leur sillage des départs volontaires, départs à la retraite, licenciements… Une chose est sûre : en 2013, des milliers d’emplois vont disparaître. Le point sur certaines entreprises concernées, en France et dans le monde :

EN FRANCE

Texas instrument : la direction de Texas Instrument, spécialiste notamment des microprocesseurs pour la téléphonie mobile et les tablettes numériques, a annoncé la fermeture de son site de Villeneuve-Loubet en 2013 et la suppression de 517 postes.

Motorola : l’équipementier américain Motorola Mobility, filiale de téléphonie mobile de Google, pourrait supprimer 170 personnes sur son site de Toulouse et envisagerait même de fermer le centre toulousain.

PSA Peugeot-Citroën : Le groupe engage un vaste plan de restructuration qui prévoit notamment la réorganisation du site de Rennes, en Ille-et-Vilaine, et la fermeture du site d’Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Au total, ce sont quelque 11 000 postes qui devraient disparaître.

Visteon : la direction de Visteon, l’équipementier automobile européen, a engagé un plan de sauvegarde de l’emploi et prévoit la suppression de 243 postes dans le Nord et le Pas-de-Calais. C’est le site de Godecourt qui est le plus touché par cette restructuration.

Randstadt : le groupe de travail temporaire a annoncé en décembre un projet de réorganisation de son réseau en France et la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi qui implique la suppression de 163 postes.

Pierre & Vacances : le groupe de tourisme et d’immobilier a annoncé un vaste plan d’économie et la suppression de 195 postes, essentiellement en France. C’est le siège du groupe qui est le plus touché par cette restructuration.

SFR : deuxième opérateur de télécommunications en France, SFR a annoncé en novembre dernier avoir engagé « un processus d’information-consultation sur un projet de réorganisation de l’entreprise en vue de sauvegarder sa compétitivité et d’accélérer sa mutation vers le numérique ». A la clé : la suppression de 856 emplois.

Air France : la compagnie aérienne a engagé un plan de restructuration d’ampleur qui prévoit une réduction de 10% de ses effectifs d’ici 2015, soit la suppression de plus de 5000 postes.

Alcatel-Lucent France : Pour faire face à ses difficultés, le groupe a annoncé sa décision de supprimer près de 5500 postes dans le monde. La France est particulièrement touchée avec 934 suppressions d’emplois.

Albany : le groupe, spécialisé dans la fabrication de tissus techniques et de matériaux textiles, et qui emploie 4300 personnes dans le monde, a présenté en novembre un projet de réorganisation industrielle avec, pour conséquence, la suppression de 200 emplois sur ses sites français de Sélestat et Saint-Julien.

Hermès Metal : le spécialiste des équipements pour la grande distribution a décidé d’une restructuration et se prépare à supprimer 96 postes sur plusieurs de ses sites français. La mise en place du plan de sauvegarde de l’emploi devrait avoir lieu durant le 1er semestre 2013.

Journal Sud-Ouest : le groupe Sud-Ouest a annoncé un plan de restructuration au sein du quotidien régional et la suppression de 180 emplois, soit 18% de ses effectifs.

Candia : le groupe Sodiaal, qui détient la célèbre marque de lait Candia, a annoncé la fermeture de trois sites de conditionnement et la suppression de plus de 300 emplois. Les fermetures seront étalées entre 2013 et 2014.

DANS LE MONDE

ING : dans le cadre d’un grand plan de restructuration et d’un nouveau plan de réduction des coûts, le bancassureur néerlandais ING se préparer à supprimer 2350 emplois.

Barclay : l’une des plus grandes banques du Royaume-Uni prévoirait de supprimer 2000 emplois. Selon le Wall Street Journal, la direction devrait annoncer officiellement cette restructuration en ce début d’année.

Citigroup : le groupe bancaire américain a annoncé le mois dernier un « repositionnement » qui implique la suppression de 11 000 postes et la fermeture de certaines de ses agences dans le monde.

Osram : la société allemande de production de lampes a annoncé un plan de restructuration d’ampleur qui passe par la cession d’usines et la suppression de 4700 emplois d’ici 2014.

EADS : dans l’objectif d’améliorer sa compétitivité, le géant industriel a annoncé début décembre la suppression de 850 emplois au sein de sa division « défense et sécurité », Cassidian.

Panasonic : le Japonais « Panasonic Corporation », l’un des géants mondiaux de l’électronique, continue à enchaîner les pertes. Après deux grosses vagues de suppression de postes entre 2009 et aujourd’hui, le groupe envisage de se séparer de nouveau de 8000 collaborateurs.

Faurecia : l’un des géants mondiaux de l’équipement automobile, filiale de PSA Peugeot-Citroën, a annoncé son intention de supprimer 3000 postes cette année sur ses sites d’Europe occidentale.

UBS : dans le cadre d’une restructuration de sa banque d’investissement, la première banque d’affaire suisse prévoit la suppression de 10 000 emplois dans le monde d’ici 2015.

Tunisair : pour faire face à une multitude de difficultés, la compagnie aérienne nationale tunisienne a annoncé peu avant les fêtes sa décision d’engager un plan social qui impliquera le licenciement de 1700 salariés.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou un trackback depuis votre site Internet.

Laisser un commentaire

*